Avec la baisse de revenus que peut engendrer le départ à la retraite, il est essentiel d’envisager des solutions pour arrondir les fins de mois. En effet, même une pension à taux plein n’égale pas encore un salaire conventionnel. Pour garder un bon pouvoir d’achat, réaliser un investissement semble indispensable. Le marché de l’immobilier offre heureusement de belles opportunités dans ce sens.

La location meublée sous le statut de LMNP est, à ce jour, l’option la plus judicieuse pour les seniors.

Comment fonctionne l’investissement en LMNP ?

Il existe plusieurs manières de faire fructifier son capital grâce à l’immobilier. La plupart du temps, les investisseurs achètent ou font construire un bien vide et le mettent en location. C’est une méthode classique qui a fait ses preuves, mais il existe des variantes pouvant être encore plus intéressantes surtout pour les retraités. Il est notamment possible de citer la location meublée non professionnelle ou LMNP.

Il s’agit d’un statut particulier dont le principe est assez facile à comprendre. Cela concerne les propriétaires d’appartements ou de maisons en résidences de services ou gérées. Ces derniers devront ainsi proposer à la location, des propriétés déjà entièrement meublées et équipées, prêt à l’emploi. Les résidences étudiantes, seniors, les chambres en EHPAD, les résidences touristiques et affaires sont particulièrement concernées.

Les retraités peuvent opter, soit pour une LMNP neuve, soit pour une LMNP d’occasion.

Par ailleurs, pour accéder à ce dispositif, les loyers annuels perçus ne doivent pas dépasser les 23 000 €, ou 50 % des revenus globaux du propriétaire. En outre, il est nécessaire de s’enregistrer auprès du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) de sa région.

➡️ À lire aussi :   Pourquoi les seniors investissent leur épargne dans la pierre papier ?

Les intérêts du statut de LMNP pour les retraités

La location meublée non professionnelle est un mode de placement idéal qui convient parfaitement aux seniors en quête de complètements de revenus. Tout d’abord, le premier avantage est surtout pratique. L’exploitation du bien doit être déléguée à une société spécialisée pour une durée de 9 ans (bail commercial). Aucune contrainte de gestion n’est donc à prévoir, les loyers seront versés automatiquement et surtout indexés à l’inflation.

Malgré le plafond de loyer imposé, il est possible de retrouver le même niveau de salaire durant sa vie active, sans avoir à travailler. Les résidences de services sont, en plus, actuellement très prisées. L’heure est la relance, les touristes sont revenus et les rythmes de voyage reviennent à la normale.

Les intérêts du statut de LMNP pour les retraités

Il est possible de demander des financements auprès des banques via un prêt immobilier. Comme il s’agit d’un investissement sûr et rentable, les dossiers sont assez facilement validés. Il est encore temps de profiter des taux d’intérêt assez bas. Les loyers pour des biens en LMNP sont 15 % plus chers que dans le cas d’une location classique. Il y a de quoi couvrir confortablement les charges.

Une fiscalité particulièrement avantageuse

Contrairement aux loyers d’une location à nu classique, les revenus générés par une LMNP sont soumis à au régime des BIC ou Bénéfices Industriels et Commerciaux. De ce fait, au moment de s’enregistrer, les investisseurs ont le choix entre deux possibilités fiscales.

  • S’ils ne dépassent pas un seuil de revenus locatifs égal à 72 500 €, ils peuvent être assujettis au micro-Bic. Un abattement direct de 50 % sera appliqué sur les loyers imposables, ce qui réduit la charge fiscale de moitié.
  • Au-delà de ce plafond, c’est le régime réel qui s’applique automatiquement. De ce cas, l’ensemble des charges d’exploitation du bien peuvent être additionnés et ensuite amputées sur les revenus locatifs imposables. Un amortissement des murs et de meubles et aussi possible.

Il est important de noter que même le régime réel peut être choisi par les propriétaires qui gagnent moins de 72 500 €, surtout sur leurs charges sont supérieur à 50 %.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original