Olivier Faure a fermement défendu, lors du conseil national du Parti socialiste, le choix d’intégrer la Nouvelle Union populaire écologique et sociale. « À suivre les éléphants, nous aurions pu partir au cimetière » a persiflé le premier secrétaire du PS. « J’ai tout entendu, j’ai aussi tout supporté. Avec vous, j’ai gagné ce pari fou de faire plus avec moins », a-t-il déclaré devant le parlement du PS, à Ivry-sur-Seine, aux portes de Paris.

Il a rappelé qu’avec des candidats dans seulement un peu plus de 70 circonscriptions aux législatives, selon l’accord de la Nupes avec LFI, EELV, le PCF et Générations, le PS a gagné « près de 300 000 voix supplémentaires par rapport à la présidentielle ». Le groupe socialiste à l’assemblée « sera composé de plus de trente députés », contre 27 dans la précédente mandature, a indiqué Pierre Jouvet, secrétaire national, affirmant que « sans le rassemblement, nous n’aurions pas pu rentrer à l’Assemblée avec plus de 5 ou 6 députés », au vu du résultat de la présidentielle, où la candidate socialiste Anne Hidalgo avait obtenu 1,7 % des voix.

« Oui, nous avons bien fait de faire cet accord », a insisté Olivier Faure, assurant que sans la Nupes, « l’extrême-droite se serait retrouvée dans 200 circonscriptions supplémentaires au second tour ». Alors que 59 candidats socialistes dissidents se sont présentés contre l’accord Nupes, selon les chiffres du PS, « la stratégie dissidente a perdu devant les électeurs » et « nos règles (d’exclusion, ndlr) s’appliqueront », a affirmé le premier secrétaire.

Grande campagne d’adhésion

« C’est vrai la gauche n’a pas gagné en 2022 mais elle a spectaculairement progressé, par le nombre et surtout l’état d’esprit qui règne entre nous et nos partenaires » de la Nupes, a-t-il insisté, tout en reconnaissant qu’il faudrait « s’interroger avec nos partenaires sur les raisons de l’échec ». Outre les universités d’été à Blois les 26, 27 et 28 août, un congrès du PS aura lieu à l’automne, a-t-il dit, insistant : « on ne tourne pas le dos à ceux qui nous ont fait confiance ».

Parmi les intervenants, une majorité ont salué la stratégie du premier secrétaire, « quelque chose d’une clairvoyance », a souligné le nouveau président du groupe socialiste à l’Assemblée Boris Vallaud. Hélène Geoffroy, cheffe du courant minoritaire opposé à l’accord, a regretté « le triomphalisme » de la direction du parti, soulignant que la gauche n’avait « pas trouvé le chemin des quartiers populaires », et affirmant que « la radicalité de la France insoumise » avait empêché les candidats Nupes de gagner suffisamment de duels à gauche.

À LIRE AUSSILes débuts difficiles de la Nupes à l’Assemblée nationale

Olivier Faure a par ailleurs annoncé qu’une grande campagne d’adhésion au PS allait débuter la semaine prochaine.

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original