La fresque représentant Emmanuel Macron en marionnette manipulée par l’économiste Jacques Attali, dans un parking d’Avignon, a été entièrement recouverte, vendredi 24 juin, dans la matinée. Depuis mercredi, la polémique enflait face à cette représentation jugée antisémite.

« A la suite des réactions d’émotion et de la polémique grandissante suscitées par la fresque du graffeur Lekto située sur le parking des Italiens à Avignon, le préfet de Vaucluse a échangé hier avec le président du Grand Avignon, propriétaire des lieux, afin de convenir de l’effacement de cette fresque. Cette opération a été réalisée ce matin même », a fait savoir la préfecture dans un courriel à l’Agence France-Presse (AFP).

« Face aux très nombreuses réactions suscitées par la fresque de l’artiste de rue Lekto, faisant subitement l’objet d’une polémique très largement relayée par les réseaux sociaux, la communauté d’agglomération du Grand Avignon a, dès hier après-midi, pris la décision de recouvrir la façade du bâtiment concerné qui lui appartient », avait quelques instants auparavant annoncé dans un communiqué l’agglomération avignonnaise. La fresque avait déjà été partiellement recouverte, de manière anonyme, dans la nuit de jeudi à vendredi, a rappelé la communauté d’agglomération.

Libertés d’expression et d’interprétation

L’agglomération et la ville d’Avignon, dirigée par la socialiste Cécile Helle, avaient, jeudi, refusé d’effacer la fresque, selon France Bleu Vaucluse, au nom de la liberté d’expression et d’interprétation. « Chacun peut interpréter l’image comme il veut, puisqu’il n’y a pas de mot sur ce mur », avait alors estimé le Grand Avignon, propriétaire du bâtiment sur lequel se succèdent des fresques du genre, à l’entrée nord de la ville. Elles auraient finalement changé d’avis face à « l’insistance du préfet », avait précisé la radio.

« L’interprétation de cette fresque laisse peu de doute. La figure du banquier juif manipulant ses marionnettes est une représentation récurrente des antisémites. L’antisémitisme est ce bacille de la peste qui réapparaît toujours. Aucune faiblesse n’est tolérable », avait réagi sur Twitter le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure. Contactée par l’AFP, la mairie d’Avignon n’a pas réagi vendredi.

Sur le mur de ce parking, Emmanuel Macron était représenté en Pinocchio, actionné par Jacques Attali. Ce dernier, conseiller de plusieurs présidents de la République, est réputé proche du président. L’œuvre le représente avec un regard inquiétant, les mains au-dessus de la marionnette qu’il manipule. Au pied du bâtiment, l’œuvre est titrée : La Bête 2.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Avignon, Marine Le Pen érige son « barrage » contre Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle

Réclamant qu’elle disparaisse, la Ligue de défense juive estimait notamment que les symboles antisémites étaient présents dans la fresque : « La personnalité juive et influente (ici Jacques Attali), (…) le regard inquiétant [et les] mains qui actionnent des marionnettes, comprendre : elles appartiennent à ceux qui dirigent le monde. » Le Comité juif américain avait également demandé que la peinture soit effacée.

Le Monde

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original