(AOF) – La société Generali Vie, représentée par Sébastien Pezet, a fait part vendredi 1er juillet de sa démission en tant qu’administrateur de Mercialys, avec effet immédiat. A la suite de cette évolution, le conseil d’administration de la société est composé de 8 membres, dont 63 % d’administrateurs indépendants.

AOF – EN SAVOIR PLUS

Points clés

– « Pure player » de galeries commerciales en France, créé en 2005 ;

– Patrimoine de 50 actifs, essentiellement hors Ile-de-France, d’une valeur de 3,14 Mds€ ;

– Revenus locatifs de 170 M€;

– Modèle d’affaires fondé sur 3 savoir-faire historiques : un portefeuille d’actifs leaders dans leur zone et présents en centre-ville, une stratégie commerciale de précision attirant, via le concept financier Casual Leasing, les marques nationales et internationales et une dynamique environnementale ancrée dans son territoire ;

– Capital ouvert après la sortie totale de l’actionnaire historique, Generali détenant 7,85 % des titres, Eric Le Gentil présidant le conseil d’administration de 8 membres, Vincent Ravat étant directeur général ;

– Ratio LTV ramené à 36,7 %, d’où une note BBB stable pour la dette de 1,35 Md€ donnant un effet de levier de 7,6.

Enjeux

– Relance de la stratégie de croissance par 4 leviers : développement des services (notamment digitaux), exploitations de la connaissance clients et de tous les espaces, mise en œuvre du pipeline de développements et acquisitions ciblées et relutives ;

– Stratégie d’innovation fondée sur : un écosystème digital propriétaire avec une plateforme centralisée « G La Galerie » aux données mises à disposition des enseignes clientes, un programme de fidélisation Prim’Prim’ / l’écosystème Ocitô décliné entre une plateforme logistique du 1er kilomètre, une autre de solutions du dernier kilomètre puis une place de marché pour les consommateurs ;

– Stratégie environnementale « Fair impact for 2030 » visant la neutralité carbone : 100 % de déchets valorisés, aucune utilisation de produit phytosanitaire, 100 % des achats supérieurs à 10 M€ assortis de clauses RSE, lancement de 4 lignes de crédit avec clauses environnementales ;

– Déploiement d’espaces de coworking dans les sites avec pour but 1,5 Md€ de revenus additionnels en 2025 : 407 M€ de ressources foncières et portefeuille de projets de 494 M€ jusqu’en 2027 ;

– Après la cession de 2 Géant Casino, renforcement attendu dans les zones de périphérie provinciale, en forte dynamique.

Défis

– Suivi des 2 critères spécifiques au secteur foncier: l’actif net réévalué ou ANR (17,6 €), à comparer au cours de Bourse, et le taux de vacances des immeubles (3,2 %) ;

– Poursuite de la rotation du portefeuille, avec 82 M€ de cessions attendues ;

– Après un 1er trimestre satisfaisant, objectif 2022, confirmé, d’une hausse de 2 % au moins du bénéfice d’exploitation et d’un taux de distribution entre 85 et 95 % ;

– Dividende 2021 de 0,92 €, soit un taux de distribution de 75 %.

L’immobilier chinois toujours dans la tourmente

L’immobilier est essentiel pour la croissance de la deuxième économie mondiale. Or, après les déboires des géants Evergrande et Fantasia, d’autres plus petits promoteurs ont des difficultés à rembourser leurs dettes. Le géant Evergrande est, lui, étranglé par une dette abyssale d’environ 260 milliards d’euros. Il se bat pour payer à temps ses intérêts obligataires et livrer ses appartements, de façon à éviter une faillite qui ébranlerait tout le secteur immobilier chinois. L’OCDE estime que les risques d’un fort ralentissement en Chine se sont accrus avec les déboires d’Evergrande. Une baisse de 2 points par an de la demande intérieure chinoise sur deux ans réduirait la croissance mondiale de 0,4 point de PIB.

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original