1 500 notaires et collaborateurs étaient attendus le 1er juillet dernier à Jacob-Bellecombette, dans le cadre de la 4e édition de l’université des notaires. Une journée dédiée à la formation, et qui rassemble toutes les études de Savoie et Haute-Savoie.

C’est dans la fraîcheur matinale d’un jour de pluie que les notaires de Savoie et de Haute-Savoie, accompagnés de leurs collaborateurs, se sont retrouvés à l’Université de Savoie, le 1er juillet dernier. 1 500 personnes étaient attendues sur le campus de Jacob-Bellecombette. « L’objectif de cette journée, où les études des deux départements sont fermées, c’est de pouvoir se former, explique Me Valérie Pichon, présidente de la chambre interdépartementale des notaires des Savoie. Il y a trente-deux ateliers organisés tout au long de la journée et qui concernent tous les postes que l’on peut retrouver au sein d’une étude notariale ».

Obligation de formation.

Pour les notaires, il y a une obligation de formation continue, à hauteur de 60 h sur deux ans. Ce type de manifestation leur permet donc de rester à jour sur un certain nombre de thématiques, mais aussi de se former sur des sujets annexes à leur profession. « De plus en plus, les notaires qui gèrent une étude doivent intégrer dans leur bagage des compétences en matière de management, de gestion d’entreprise, de bien-être au travail… car en plus d’être des juristes, ils sont également dirigeants d’entreprises », complète Me Pichon. Les formations sont assurées par les organismes classiques de formation dans le domaine du notariat, mais aussi par des enseignants de la faculté de droit. « Pour beaucoup de personnes aujourd’hui, c’est un retour aux sources, puisqu’ils sont un certain nombre à avoir fait leurs études ici », sourit Bruno Berthier, le doyen de la faculté de droit de Chambéry.

Des diplômes locaux.

L’Université de Savoie propose en effet une licence professionnelle des métiers du notariat, ainsi qu’un cursus de master pour celles et ceux qui se destinent à devenir notaire, et qui permet, à l’issue du Master 2, de pouvoir s’inscrire en diplôme supérieur de notariat. Fait intéressant, les deux cursus sont ouverts à l’alternance, et la très grande majorité des étudiants qui sont acceptés en Master 1 notariat adoptent ce rythme de formation. 

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original